Le web pour l’export - Interview de Samuel Husson de Sampigny


Samuel Husson de Sampigny,  de l'agence web Openvalley, a animé un atelier Formatex de 2 jours sur la thématique le web pour l’export. Retour sur les clefs de la réussite selon lui.


Samuel Husson de Sampigny


Pourquoi s’intéresser à cette thématique ?

Face à un marché local saturé, la conquête de marchés extérieurs s’impose. Traditionnellement, l’export est une démarche qui était très planifiée. Or depuis déjà quelques années, le web est utilisé par les entreprises pour se développer à l’international. Dans la pratique, les PME qui ont cette démarche pensent immédiatement à la création d’un site web. C’est vrai que c’est important mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg ! Aujourd’hui, le monde digital s’est complexifié. Il faut avoir une méthode et des outils pour aller conquérir des marchés internationaux. C’est tout l’objet de cette formation.


Utiliser le web pour l’export serait moins coûteux qu’un projet d’export traditionnel ?

L’investissement initial est certainement moins important. Mais c’est difficile à chiffrer car chaque projet est unique ! Ce qui est sûr c’est que cette démarche demande de l'investissement dans le temps. Ce qui est intéressant c’est que, avant, il fallait planifier son export sur un pays en particulier. Aujourd’hui, avec le web, on peut cibler un pays mais être capable de réagir plus vite aux nouvelles opportunités qui se présentent !


De quels types d’outils web disposent les chefs d’entreprise et porteurs de projets aujourd’hui ?

Aujourd’hui il y a de très nombreuses solutions payantes ou gratuites. Ce sont des outils qui permettent d’améliorer la visibilité en ligne, le référencement, d’être présent sur les réseaux sociaux dans un cadre multilingue.


Il y a également des outils de traduction simultanée... est-il toujours nécessaire de maîtriser la langue ?

Plus vous voulez être dans une relation de proximité avec le consommateur final et plus la maîtrise de la langue sera nécessaire. Il faut maîtriser l’environnement culturel et le recrutement d’un natif peut être un vrai atout. Au delà de la proximité culturelle, on traduit et on localise aussi pour améliorer son référencement. Dans une relation B to C en revanche, l’anglais est généralement une bonne base de départ. Les traductions réalisées avec des outils de traduction simultanée doivent être en général revues par des personnes natives de la langue et culture ciblée.


Comment s’est déroulé la formation ?

La formation a duré 2 jours. Une première journée plus didactique, en groupe. La deuxième avec des entretiens individuels et des conseils spécifiques. Il y avait au total une dizaine de participants. Certains avaient des projets très avancés. Tous se posaient la question de l’export.


Est-il nécessaire d’avoir un projet bien consolidé au niveau local avant d’envisager son export ?

Pas vraiment. Pour certaines entreprises, notamment les entreprises digitales, il n’est plus nécessaire de bien consolider le local avant d’aller à l’international. Les deux peuvent être pensés et réalisés en même temps. C’est ce qu’on appelle le « Born Global » !







Autres actualités

L’ambition affichée est de taille pour ces deux principaux acteurs majeurs de la formation en Martinique que sont OPCALIA et la CCI Martinique.


Les crèches d'entreprises sont de plus en plus plébiscitées par les employeurs.


Les Assises des Outre-mers ont été lancées par Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-Mer. Une liste de projets concrets pour chaque territoire sera publiée en mai 2018.


Les sociétés immatriculées avant le 1er août 2017 ont jusqu’au 1er avril 2018 ont l’obligation de déposer au Greffe du Tribunal de Commerce de Fort de France, un document relatif aux bénéficiaires effectifs*.


Dans un environnement structurel de crise économique, le numérique est un secteur mis en avant pour son potentiel de croissance et d’emplois.


La CCI Martinique vous met en garde contre les agissements frauduleux d’une société basée à Lyon qui propose des packs accessibilité pour réaliser des dossiers d’Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’AP).


Vous êtes un professionnel du droit ? La Chambre de Commerce et d'Industrie de la Martinique vous invite à découvrir la première édition du « CODE DE L’ENTREPRISE EN OUTRE-MER ».


Le nouveau service d’opposition au démarchage téléphonique est opérationnel depuis le 1er juin 2016, sous l’intitulé « BLOCTEL».


En Martinique, les plus de 60 ans représenteront à l’horizon 2040 près de 40% de la population.


La loi sur l'économie bleue n°2016-816 du 20 juin 2016, entrée en vigueur le 22 juin, permet à toutes les entreprises établies dans l'Union européenne qui importent des marchandises en France, d'auto liquider la TVA sur simple option.


L’État et l’ensemble des signataires de la convention ont confié à la CCI Martinique la mise en place et


L’octroi de mer est une imposition spécifique des départements d’outre-mer dont l’origine remonte au « droit de poids » institué en 1670.


Les trois entités formation de la CCI sont désormais installées à Schoelcher


Poumons économiques de l’île, les zones d’activités sont fréquentées chaque année par des centaines de milliers de clients.


Des zones d’activité réhabilitées. Une expérience client améliorée. Une meilleure représentation et gestion générale des zones. Voici les principales ambitions affichées


La CCI Martinique et ses partenaires ont présenté le 17 octobre 2016 le nouveau Schéma Directeur d’Urbanisme Commercial.


A compter du 1er janvier 2018, la loi de finances pour 2016-1 a instauré l’obligation pour les commerçants et autres assujettis à la TVA qui enregistrent les règlements de leurs clients au moyen d'un logiciel ou système de caisse...


Programme sur-mesure de 2 ans, spécialement dédié aux primo-exportateurs de la zone OECO-Martinique


Les accidents en entreprise divisés par 2 ! C’est la preuve que le MASE fonctionne bien.


Samuel Husson de Sampigny, de l'agence web Openvalley, a animé un atelier Formatex de 2 jours sur la thématique le web pour l’export, les 23 et 24 novembre 2016.


Co-géré et co-financé par Business France et le Ministère de l’Economie, de l’Innovation et des Exportations du Québec (MEIE).


Que faire en cas de tremblement de terre ? retrouver la check list des bonnes pratiques de la CCI


« Alerte commerces » est un dispositif gratuit qui permet de sécuriser les commerces sur l’ensemble du territoire de la Martinique.


Découvrez les dernières études de la CCI Martinique sur les échanges commerciaux de plusieurs produits en Martinique.


46 commerçants du Sud obtiennent la marque Qualité Commerce


2500 entreprises nous font déjà confiance...


Jeudi 8 février, les 15 lauréats de la formation École des Managers et les 5 lauréats de celle de Contrôleur de gestion se sont vus remettre leur diplôme en présence notamment du président de la commission formation, Jean-Claude Manéré


Economiser 180€/salarié c'est possible !